L’APSM met un accent particulier sur l’origine participative de la demande d’intervention.

 

Pour ce faire, les demandes écrites adressées par les populations et sur initiative des  
partenaires ou des responsables locaux, sont prioritairement traitées. Toutefois, cette 
démarche n’exclut pas la prise d’initiative de l’ONG, suite à certaines informations en 
matière de santé et /ou d’hygiène assainissement. 
 
La mise en œuvre des activités se fait selon le processus suivant :
- mobilisation sociale
- élaboration et signature de convention de collaboration avec les différents acteurs
- organisation des bénéficiaires pour la mise en œuvre des actions
- renforcement des capacités des bénéficiaires, pour la prise en charge des actions
- programmation et exécution des activités
- suivi et évaluation participative des activités
- recherche-action.
 
L’APSM opte pour une stratégie d’autonomisation des groupes cibles. Pour ce faire, elle 
se donne 5 années de présence dans une localité, dont 3 ans d’interventions intensive
et 2 ans d’accompagnement pour le retrait. Au début de toute intervention, dès lors que 
la décision est prise, les populations sont informées de la durée et des principes de la 
stratégie de retrait. L’ONG met tout en œuvre pour préparer et réussir cette stratégie qui 
porte sur trois axes principaux :
 
- L’intervention maximum de l’ONG : pendant les premières années qui 
constituent pour l’APSM la phase d’initiation, la mise en œuvre des activités est 
assurée par les agents de l’APSM qui travaillent avec les groupes cibles à travers les comités de gestion et les relais villageois qui bénéficient de formations 
qualifiantes, dans la perspective de les préparer pour leurs missions futures. Une 
charte des responsabilités est élaborée afin de déterminer les attributions de 
chaque partie pour l’exécution desquelles chacune sera évaluée. Toutes les 
opérations d’exécution des activités, de suivi/évaluation sont réalisées en 
collaboration étroite avec les différents acteurs.
 
- L’intervention minimum :  à la fin des trois premières années, les agents de 
l’APSM commencent à se dégager de la mise en œuvre des activités au profit des 
relais villageois formés (comité de gestion, comités de santé, mutuelles de santé). 
Ainsi ceux-ci deviennent les responsables des actions et l’APSM joue le rôle de 
conseiller, formateur  et  de facilitation.
 
- Le retrait définitif :  il a lieu à la fin de la cinquième année d’intervention. Ce 
retrait ne signifie pas départ définitif de l’ONG, car elle reste ouverte aux 
communautés pour tout appui conseil ou orientation vers d’autres structures de 
développement. Une évaluation finale des actions sanctionne tout le processus à 
l’issue de laquelle des recommandations sont adressées à la communauté.